Sainte Pelagie fut d’abord une danseuse et courtisane à Antioche avant de se convertir au Christianisme et de prendre le nom de Pelagius. A la fin de sa vie, Pelagius prit refuge au Mont des Oliviers à Jérusalem dans une cellule monacale où il fut connu comme « le sage frère Pelagius, moine et eunuque ». C’est à sa mort qu’on découvrit qu’il n’était pas eunuque mais qu’il était bien une femme.  A sa mort, on aurait chanté « gloire à toi, Seigneur Jésus, car tu as beaucoup de trésors cachés sur cette terre, féminins aussi bien que masculins ».

Son histoire est très joliment racontée sur cette page du web :

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome03/151.htm